Grado de dificultad: 3 (por el idioma, y porque es incomprensible)

Columnista: Roberto

Una actriz, poeta y directora de película inglesa, Greta Bellamacina, acaba de vivir un incidente vergonzoso al Festival francés de Cannes 2019, reportado, entre otros en The Guardian:

https://www.theguardian.com/film/2019/may/15/cannes-film-festival-row-mother-baby-blocked-entry-film-maker-greta-bellamacina

Para resumir, siendo invitada como directora de una película presentada, se vio negar la entrada al festival, porque llevaba con ella su bebé de cuatro meses…

Reacción personal, en francés.

Chère Greta, nous sommes tous vraiment désolés

Quand je dis « nous », je parle des gens normaux, bien sûr.

Je viens de lire ce qui vous est arrivé au festival de Cannes, et, malheureusement, je n’ai même pas été surpris qu’une telle ânerie puisse se produire.

Comme vous êtes anglaise, ou, plus exactement, n’êtes pas française, vous savez que les frenchies ont des aptitudes sociales limitées.

J’en fais partie, encore que je me soigne en vivant loin de cette meute depuis longtemps. Cependant, il m’en reste certainement des séquelles.

Je me souviens, par exemple, de cet athlète aux jeux olympiques de Rio en 2016, un sauteur à la perche du nom de Renaud Lavillenie. J’étais devant ma télé lorsqu’il s’est mis à critiquer le public, et j’en étais atterré.

Lui , à l’époque, était persuadé que seuls les brésiliens l’avaient hué.

Or, c’était bel et bien tout le stade qui l’avait sifflé, et pour une raison que seuls les Français ignorent : parce qu’il s’était comporté comme tout le monde s’attend à ce qu’un Français se comporte.

Hautain et méprisant. Cela fait partie de notre éducation à tous, une malédiction que nous avons assimilée, que nous le voulions ou non.

Pourtant, la plupart des Français parviennent à s’en défaire, en partie, mais pas dans un contexte hautement sélectif, cependant.

Ceux qui ont voyagé dans un vol Air France en classe économique, par exemple, savent de quoi il s’agit.

Le festival de Cannes est connu pour être resté figé dans son imaginaire des années 80. Périodiquement – tous les ans, en fait – de tels anachronismes s’y produisent…

Lisons le communiqué « justificatif » du festival sur l’incident (il vaut son pesant de lait maternisé)

« Pour cette 72e édition, le Festival de Cannes et le Marché du Film ont mis en place une politique d’accueil plus active pour les mères qui viennent avec leurs jeunes enfants. Malheureusement, Greta Bellamacina n’était pas au courant des nouvelles dispositions et, à cause d’un problème de communication entre un agent de sécurité et un hôte d’accueil, s’est vu refuser un accès qui aurait dû lui être autorisé »

Ce court texte est un morceau d’anthologie qui mérite d’être utilisé comme sujet d’examen. En attendant, extrayons en la seule chose importante :

Dear Greta, you did not have to be aware of anything.

Nowhere and under no circumstances, you have to justify yourself for bringing with you your adorable baby. In France either.

We are who owe you excuses, and they, Cannes’ troglodytes, owe us explanations.

TMN – Roberto