Grado de dificultad: 3 (Por el idioma).

Columnista: Roberto

Voilà un bon moment que je n’ai pas écrit d’article en français pour TMN.

Non pas que l’occasion m’ait manqué, mais je sais à quel point il est difficile aux lecteurs de me comprendre (et à moi de traduire ma prose en espagnol).

Et pourtant, c’est une langue tellement utile lorsqu’il s’agit de frôler les problèmes tout en les évitant…

… Ou au contraire ne pas les éviter du tout.

La série « SEE » sur Apple TV+

Quelques infos, sans réels « spoilers »

Donc, j’ai eu, tout-à-coup, envie de parler d’un sujet futile – une série de télévision – et d’en parler en français.

J’entends par « télévision » sa version moderne, une plateforme de « streaming ».

Parlons donc de « SEE » une nouvelle série disponible sur la plateforme Apple TV+.

Pour résumer le thème de l’intrigue, il s’agit d’une histoire de science-fiction, située dans un futur post apocalyptique.

Après une pandémie qui a presque éradiqué la race humaine, les quelques survivants ont perdu la vue (une infection, ou dégénérescence génétique, les aurait rendus aveugles).

Sans cette perception clé du monde, l’humanité a rétrocédé à une sorte d’âge de pierre.

Il est, bien sûr permis de se demander pourquoi ils n’ont pas appris le Braille.

Mais cette partie n’est pas si invraisemblable : après le cataclysme, cette connaissance aurait pu, elle aussi, disparaitre.

Ne jamais sous-estimer la bêtise humaine !

Jusque-là, c’est juste une invention un peu poussée. Sauf que le monde et la situation ne sont peut-être pas si imaginaires.

Remplaçons « post apocalyptique » par « post moderne » (seul le suffixe change), et situons l’action non pas 1000 ans dans le futur, mais aujourd´hui.

L’histoire devient alors étrangement familière. Avez-vous noté à quel point les gens de pouvoir souffrent de cécité morale et sociale.

Le beurre, l’argent du beurre …

Voyez par exemple ce haut fonctionnaire américain, Wilbur Ross, Secrétaire au Commerce.

Au moment du dernier Bloquage des activités des fonctionnaires fédéraux, aux Etats Unis, qui dura deux mois, il s’étonna que les fonctionnaires préférassent recourir au secours populaire, à prendre un crédit.

Car, après tout, comme il l’argumenta, ils allaient bien finir par être payés, n’est-ce pas ?

… Et puis, il leurs auraient fait une ristourne sur le taux de crédit, parce qu’il est tellement généreux (çà, je viens de l’inventer, car je n’en crois pas un mot : le beurre, l’argent du beurre, …)

Mais ce n’est pas le seul. La gestion des velléités de séparatisme de la Catalogne par le gouvernement espagnol n’a pas non plus brillé par sa clairvoyance.

J’aurais aimé dire deux mots sur le BREXIT, mais il s’agit de quelque chose de plus tordu (et organisé), un peu beaucoup comme la dernière élection présidentielle américaine : « aveuglés » plus qu’aveugles.

La République EM

Passons donc pudiquement sur ces erreurs aussi monstrueuses que douloureuses, et parlons de ce fleuron français, élu au suffrage universel, mais sans vision universelle.

D’après le monsieur en question, d’initiales EM (comme dans En Marche), les citoyens provinciaux sont illettrés et ne savent pas conduire, « les pauvres ! ».

Le mot « pauvre » est à prendre autant au sens propre qu’au figuré.

Pour faire bonne mesure, il dira un peu plus tard qu’il y a des français qui ont « réussi » et d’autres qui « ne sont rien ». Quant à ces « rien », ils n’ont qu’à traverser la rue pour trouver un boulot.

Quelqu’un s’est-il rendu compte que le parti qu’il a créé de toute pièce, LREM, porte tout simplement son nom ?

Très narcissique, « jupitérien » disent ses détracteurs. La principale différente qu’il ait avec son collègue d’outre Atlantique es que lui est un nerd (traduction en français : un premier de la classe).

C’est aussi ce qui différencie la situation en France, de celle d’autres pays : elle est aujourd’hui gouvernée par des nerds, à un détail près.

Ce détail est que la France a, depuis longtemps, trouvé et perfectionné le moyen de neutraliser ses nerds, en leur anesthésiant la consciente et la morale …

De quoi parlais-je ?

… Et ça marche horriblement bien.

Les autres français (ceux qui ne sont rien) sont, ces temps derniers, faciles à reconnaître : ils sont vêtus d’un gilet de couleur jaune très « tendance » …

Mais j’ai peur de m’être un peu éloigné de mon sujet d’origine.

J’y reviens donc pour vous dire que « SEE » est une série vraiment très bien, une fois que vous aurez ouvert les yeux et vu la parabole qu’elle nous raconte.

Je vous la recommande !

Nota final: Ahora, me tocó traducir este artículo, operación fastidiosa que me merezco por atreverme a escribir en una lengua tan inhabitual.

Vendrá pronto.

Parte 2