Grado de dificultad: 3 (Por el idioma).

Columnista: Roberto

Certains ne veulent pas se faire vacciner. Ils sont montrés du doigt (avec raison) :

El egoísmo de no vacunarse

Et ceux qui l’ont fait ? La situation est plus insidieuse. Essai en forme d’éditorial.

Certains vaccins sont plus égaux que d’autres

La case COVID-19

Je suis vacciné (contre COVID-19, bien sûr, pommes !) depuis à présent une quinzaine de jours. Cela signifie que j’ai un taux d’immunisation très élevé.

La raison : je suis d’abord passé par la case COVID-19, expérience fort désagréable, effrayante, même.

Pour en être sorti vivant et être enfin vacciné, je suis dans le cas le plus favorable :

Infection plus vaccin est l’équivalent (semble-t-il) de la « 3ème injection » que les fabricants commencent à suggérer.

Note : j’aurais préféré avoir deux injections plus tôt et ne pas être infecté… Ou être infecté, mais avec un bon taux de protection.

Vaccins autorisés

Cette question de la 3ème injection est devenue « tendance ».

Pendant ce temps, des habitants des pays du sud continuent à lutter pour avoir leur première dose …

… Qui attendra encore un peu, parce que les pays riches veulent leur 3ème injection.

OK, ce sera pour les « populations les plus à risques », blabla.

En parallèle, certains pays européens, comme la France (Tiens, quelle surprise !) font de la discrimination sur les vaccins.

J’ai eu du mal à le croire, jusqu’à ce que je tombe sur cette liste officielle de vaccins autorisés :

COVID-19 – Vaccins autorisés

Chez moi (#Colombia), le vaccin le plus courant est encore SINOVAC qui, sans surprise, n’est pas dans la liste.

L’universalité a-t-elle jamais existé ?

Où veux-je en venir ?

Pourquoi me préoccuper ? Après tout, le vaccin que j’ai reçu, moi, fait partie de cette liste autorisée. Et pourtant, je me sens dans la position d’un privilégié.

Et les autres ? Que voilà une bonne question ! Je me la pose fréquemment, sans noter que d’autres se la posent.

Sachez, pour vous rassurer (un peu), que les gens ici font comme vous : ils pensent en égoïstes.

Ceux qui ont reçu un des vaccins « autorisés » ne le crient pas sur les toits.

Nous vivons dans un monde à plusieurs niveaux, et savons à présent à quel niveau nous appartenons.

Une des principales choses qu’a démontré la pandémie est notre égoïsme. Oubliez les discours philosophiques, COVID a détruit l’universalité.

Ou, plus exactement, a démontré que cette universalité n’a jamais existé.

COVID-19 – Vaccins sans universalité

Parte 2
Header Kirabytes1