Grado de dificultad: 3 (Por el idioma).

Columnista: Roberto

Au mois de novembre, les eaux de la Manche sont glaciales.

De naufrages et de tragédies évitables

Une nouvelle dramatique

Cette nouvelle récente, d’origine française, a fait le tour du monde :

Au large de Calais, le naufrage d’un bateau de migrants fait de nombreux morts

Il m’était pratiquement impossible de ne pas en parler, même si j’ai tourné autour du pot pendant un bon moment.

Le bilan actuel fait état de 31 morts, dont (bien entendu) des enfants.

Ce drame était prévisible, façon édulcorée de dire que les autorités savaient depuis longtemps qu’il se produirait.

Était-il évitable ? En voilà une bonne question ! Réponse elliptique : je veux croire que si, mais certainement pas de la manière dont la question est traitée.

Les responsables sont les passeurs !

Les responsables en question se font un plaisir de le démontrer « tous seuls comme des grands ».

Tweet n°1, de Gérard Darmanin, fièrement ministre de l’Intérieur :

Suivi du Tweet n 2, de Jean Castex, Premier Ministre (encore mieux) :

« Les passeurs criminels », c’est joliment dit ! Un doute m’assaille, pourtant :

Toute activité illégale s’appuie sur une demande. Ici c’est le fait que la plupart des réfugiés migrants veulent passer en Angleterre. AKA ils ne veulent pas rester en France …

Et puis, ce problème ne vient pas de naitre spontanément. Il s’agit d’une tendance qui s’est développée sur environ 30 ans.

Mais à part ça, « c’est la surprise » et « Les responsables sont les passeurs ».

Ces beaux messieurs

Notez, au passage, qu’une traversée va d’une origine vers une destination … Côté anglais, « on » dit ceci :

Boris Johnson urges French and EU deals to halt English Channel crossings

Là aussi, c’est joliment dit. Tout est dans le langage et dans l’art de se renvoyer la balle …

En filigrane, ces beaux messieurs, quelle que soit leur langue maternelle, disent tout autre chose :

Nous nous fichons éperdument du sort de ces pauvres hères. Ce qui nous embête c’est que cela se voit.

Citoyens responsables

Parlons donc de leurs compatriotes, les simples citoyens des deux côtés de la mer. Eux savent bien qui sont les responsables.

Et de plus, ils apprécient peu que ceux qui parlent en leur nom les fasse passer pour des égoïstes et des xénophobes.

Un exemple :

Après le naufrage, compassion et colère dans le port de Calais

Au début de l’article, je faisais une réponse elliptique, disant que je voulais croire en une solution.

C’était indirect en ce sens que cette solution devrait être entre les mains des citoyens. Au contraire de leurs représentants, eux se sentent responsables.

Parce que les « hauts responsables », eux, sont en train de se noyer.

Le naufrage des hauts responsables

Parte 2
Header Kirabytes1