Categoría: Professionals

Grado de dificultad: 3 (Por el idioma y por el tema complejo de los lanzamientos de cohetes).

Columnista: Roberto

Désolé pour cet abus de pouvoir, le présent article sera en français (parce que je suis trop content !)

Ariane 6 a décollé

Le premier exemplaire d’Ariane 6

Le premier exemplaire du lanceur Ariane 6 vient de décoller de Kourou en Guyane Française.

L’angoisse que précède tout lancement fut de courte durée.

En effet, le lancement s’est produit à l’heure dite et sans montrer le moindre signe de faiblesse.

L’impression que j’ai eu était celle d’une machine extraordinairement stable et précise.

Vidéo disponible sur le canal YouTube de la ESA

Le vaisseau s’est élevé jusqu’à 480 kilomètres avant de se stabiliser aux alentours de 350 km, puis remonter progressivement jusqu’à 600 Km.

« Trajectoire nominale »

Comme premier commentaire, l’ascension m’a paru particulièrement rapide. Il est vrai que la base de lancement de Kourou, proche de l’Équateur, permet une inclinaison initiale plus « critique ».

Certains se sont montrés surpris par l’évocation de transport de personnel. Soyons clairs : c’est exactement le sens du projet Ariane 6, et il est « sur une trajectoire nominale ».

Le streaming en direct sur le canal YouTube de la ESA a montré quelques commentaires acides.

Ils furent rares, heureusement (la conquête spatiale n’est pas un concours de bites – et pardon pour le langage !)

Plus émotionnant que SpaceX

Je reconnais avoir été plus émotionné par ce lancement que par ceux de SpaceX (parce que plus directement concerné).

Son succès, rapidement perceptible, m’a épargné quelques palpitations et rendu optimiste sur le futur de cette remarquable machine.

Note : Ariane 6 est destinée à combler un vide préoccupant, espérons que les Japonais viendront compléter le jeu.

Pour clôturer la présente brève, parmi de nombreux commentaires, j’ai pu lire le suivant : “Long Live Ariane 6”.

J’appuie cette motion !

Une anomalie en fin de mission

Note finale : il s’est produit une « anomalie » en fin de mission. Le (sophistiqué) système APU, qui anime le module supérieur, permet des allumages multiples. Cette multiplicité constituait la principale incertitude de la construction :

Vidéo disponible sur le canal YouTube de la ESA

Il apparait que son fonctionnement, initialement correct, a commencé à montrer des faiblesses en fin de mission.

La dernière mise à feu devait permettre de réoriente le module pour la redescente de capsules récupérables.

Apparemment, l’équipe de vol a finalement décidé d’abandonner cette dernière opération (nous n’en savons pas plus). Dommage !

Il n’empêche : Long Live Ariane 6”, et TMN suivra avec grand intérêt sa croissance.

Emoji Aplausos - Origen desconocido

Longue vie à Ariane 6