Grado de dificultad: 3 (Por el idioma)

Columnista: Roberto

El primer artículo del año 2024 está en francés por una (alentadora) razón que explicamos en el texto. Es nuestra particular manera de desearles un feliz año nuevo.

Un développement inespéré

Suite d’un autre article en français

Que le premier article TMN de l’année 2024 soit en français n’était pas dans nos projets. C’est l’actualité qui nous l’a imposé (plus particulièrement, me l’a imposé).

L’article précédent, « Gérard Depardieu : France décadente », était sur un thème que je ne voulais pas laisser passer.

J’exprimais mes doutes sur une société à laquelle j’ai appartenu avant d’émigrer « sous d’autres cieux ».

Je laissais, cependant, le bénéfice du doute à cette civilisation qui m’a éduqué … Pas si bien que cela, je trouve, mais, pour me paraphraser :

Ce n’est, cependant, pas une raison suffisante pour les pousser sous le train (encore que).

Une réponse moderne à un vieux problème

Je laissais aussi quelques portes ouvertes :

  • Mais peut-être suis-je trop sévère avec ma propre patrie …
  • Enfin, pas de tous, rassurez-vous …

Tout en exprimant mes doutes :

  • Ce n’est ni une mauvaise blague, ni vraiment une surprise (même si cela a été longtemps caché)
  • La réflexion est-elle une activité en voie de disparition en France ?

Mes compatriotes viennent de me rassurer sur leur modernité, celle qu’on attend des Français.

Le monde d’avant refuse toujours de changer

Une tribune cosignée par une soixantaine de célébrités locales m’avait surpris par son classisme :

Affaire Depardieu : dans une tribune, des artistes dénoncent un «lynchage» du «dernier monstre sacré» du cinéma

Cette « lettre ouverte » (excusez du peu) vient de recevoir une réponse cinglante :

Contre-tribune de 8 000 artistes

Note : Publiée initialement le 29 décembre, signée par 200 artistes, elle atteignait, au soir du 31, 8000 signatures

Dans mon article, j’écrivais que :

Voir tous ces gens s’accrocher à des symboles d’un passé qui mérite d’être réformé est déprimant et inquiétant.

Sans concertation aucune, la contre tribune dit :

C’est l’illustration sinistre et parfaite du monde d’avant qui refuse que les choses changent.

Commençons l’année sur une note optimiste

Refus catégorique à la prétention d’impunité

Je recommande la lecture du texte en entier. La liste des signataires (arrêtée volontairement a 8000 alors qu’elle aurait pu continuer) couvre toutes les disciplines du milieu artistique.

Et leur réponse est un refus catégorique à la prétention d’impunité pour un monstre qui n’a rien de sacré.

D’un autre côté, ce cri collectif est aussi un joli présage pour cette année qui commence.

Considérer le monde d’avant comme ce qu’il est (seulement le passé) et aller de l’avant est un message d’optimisme.

C’est le même message que porte un magnifique jeu vidéo, lui aussi français : « Syberia : Le Monde d’avant ».

Trailer trouvé sur le canal YouTube de Microid

TMN en a parlé abondamment à l’occasion de sa sortie :

El “Mundo de antes” de Syberia IV

Meilleurs vœux pour l’année 2024

L’histoire racontée dans ce jeu d’aventure est celle de la difficile nécessité de prendre des décisions (actives, et pour notre futur).

Dans le cas de la lettre des 8000, la bonne décision fut facile à prendre. Cela signifie que les décisions importantes avaient déjà été prises.

J’aime l’idée que des Français montrent le chemin vers un nouveau modernisme.

J’aime aussi l’idée d’une année 2024 orientée vers le futur. C’est le souhait que TMN fait pour ses lecteurs en ce début de nouvelle année (qui commence su une note optimiste).

Meilleurs vœux à tous !

Editorial : Pour une année 2024 moderne !